Internet partout qu’ils disent …

Je me suis acheté une clé 3G sans engagement pour pouvoir accéder à internet de ma maison du bord de mer. Bon jusque là pas de souci, je suis habitué à utiliser celle du travail et je ne teste même pas, étant parfaitement confiant.
Arrivé sur place, je sors ma clé, la branche et là la galère commence…
A la connexion, j’ai une erreur systématique et je me décide à appeler l’assistance SFR. La personne au bout du fil me dit qu’il faut activer la carte SIM. Ah ! première nouvelle, je ne le savais pas… c’est indiqué nulle part…soit… Elle me dit aussi qu’il faut 48h pour l’activation…ah ! pour un séjour de 5 jours, ça ampute fortement l’utilité de ma carte. Pas grave, mes souci de connexion peuvent aussi venir du fait que mes drivers ne sont pas à jour parait il.Pourquoi pas, et la personne que j’ai au bout du fil (que je nommerais certainement pas technicienne) me passe une personne du service technique pour mettre à jour les drivers. J’ai beau expliquer que sans connexion au réseau ça va être difficile, elle insiste et me passe la personne. Celle-ci évidement ne peut rien faire, mais me conseille de rappeler dès que l’activation est faite et de demander à ce qu’on me mette l’accès ‘standard’. Je ne sais pas ce que ça veut dire mais le lendemain, l’activation étant faite, je rappelle… Bien entendu la première personne ne sais pas de quoi je parle et me passe le second niveau d’assistance… qui ne voit pas pourquoi je demande ça … hum, ca commence à m’énerver ça ! Je laisse tomber et je me dit que j’arriverais bien à faire la mise à jour d’un bistrot dans le coin. En me déplaçant dans la rue, j’arrive enfin à chopper une connexion (assis sur un bac à fleurs devant l’église) et passe la mise à jour. Suite à cette mise à jour ma clé n’est même plus reconnue et je suis obligé de revenir en arrière.
Bref sur le site de SFR Saint-Quay-Portrieux est en Bleu, donc avec de la 3G partout, et pourtant en plein centre ville, même dans ma courette, je ne capte rien ! Super !

Mail envoyé ce jour à Free

Je vais faire de même côté canal.

Cher Monsieur Free,
Je suis très heureux d’avoir reçu ton offre concernant la gratuité des chaines canal du 5 au 15 mars. Par contre j’aurais été plus heureux que tu ais pris la peine de constater que j’y était déjà abonné avant de m’envoyer ce papier et j’aurais encore été plus heureux d’avoir moi aussi, moi qui paye déjà l’abonnement à canal une offre propotionnelle qui me ferait croire que je compte autant à tes yeux qu’un nouvel abonné.

Merci de tenir compte aussi parfois de ceux qui payent tes services depuis des années.

Mon exception culturelle à moi

Prisonniers du paradis
Prisonniers du paradis

Mon expérience culturelle reste très limitée et en général reste très saisonnière et s’accompagne souvent de soleil et parfois de sable lorsque je me sens obligé d’accompagner mes filles sur la plage. Cette pseudo culture, au delà des auteurs américains à la mode, ne sort que très peu des sentiers battus et reste en général dans le gironds des bestsellers du genre tolkien ou encore du genre Fred Vargas que j’apprécie tout particulièrement et dont l’autoportrait est à lire absolument. Il y a parfois des auteurs comme ça qui vous sautent aux yeux, dont les élucubrations vous remuent les méninges et vous donnent envie de récidiver. Lors de mon voyage en Irlande l’an dernier, j’ai tout particulièrement apprécié Prisonniers du paradis d’Arto Paasilinna. La situation incongrue des acteurs de ce roman ainsi que le ton humoristique et naïf de cet auteur me l’on fait passé de parfait inconnu à auteur à suivre dans mon classement ATP des trucs_qui_sont_biens. Toujours est-il qu’ayant du mal à me sortir du premier tome de millénium, je me suis mis à lire Le lièvre de vatanen du même finlandais délirant dont je vous parlais à l’instant. Encore une fois les personnages, débordent de gentillesse et de naïveté malgré des situations parfois à la limite de la crédibilité. Mais c’est ce qui fait tout le charme de cet auteur je crois.

Sauver Nabaztag !

La société violet créatrice du lapin électronique Nabaztag est depuis le 30 juin en redressement judiciaire. Alors que la société est toujours en quête d’un repreneur, un site vient de se monter afin de réunir l’argent permettant le rachat de la société. Si vous non plus vous ne voulez pas que votre lapin cesse de remuer des oreilles, rendez-donc visite à savenabaztag.com.

Allez savoir, Des petit malins arriveront peut à le faire tourner de chez eu avec un serveur opensource. Une bonne idée de projet non ? =)

En attendant vous pouvez ecouter l’opéra des nabaztag sur youtube :

Micromonde

Je suis sans cesse émerveillé par les petites choses de la nature, par la capacité qu’à celle-ci de renaitre de ses cendres et d’inventer de jour en jour (nan en fait c’est plus long mais bon) de nouvelles choses. De réussir à s’immiscer là ou on l’attend le moins. Une plante qui pousse dans les petites failles d’un mur, une autre qui pousse sur un arbre. Bref notre mère à tous a une incroyable capacité à s’adapter et à combler la moindre niche, le moindre vide.

IMG_1711J’aime à observer de prêt tout ce qui se passe sous mes pieds, dans l’anfractuosité d’un rocher ou même encore sous terre. Pour complaire à cet émerveillement, pourquoi ne pas s’approprier ces petit mondes et les reproduire chez soit ? C’est certes parfois difficile mais toujours intéressant. C’est pourquoi j’ai chez moi et au travail, des fourmilières : quoi de plus exceptionnel que de voir ces petits êtres qui ont inventé le communisme (bah si presque hein) travailler sans relâche pour le bien être de la communauté. « Tous pour un et un pour tous » pourrait être le maître mot de cette espèce. Quoi de plus merveilleux que de les voir s’associer pour résoudre un problème (oui bon en fait elles le font pas exprès mais ne dit on pas que le hasard fait bien les choses ?).

N’ayant pas le droit d’en avoir un plus gros, je me contente aussi à la maison d’un tout petit aquarium de 20L ou je tâche d’y concentrer un maximum de vie. Des guppies, histoire d’avoir des poissons, des corydoras histoire de fouiller le fond, IMG_2127des crevettes (Caridina cf Cantonensis à priori) pour les algues, ainsi qu’un gros escargot, un Pomacea bridgesi (ampulaire pour les intimes) très rigolo.IMG_2415 Je passe un temps fou devant cet écran de télé vivant où ici une crevette pique un flocon et part se planquer sous un caillou pour l’entamer, et là un corydoras fouille le sol pour y déterrer les petites larves d’insectes que j’ai volontairement introduites.

Les retours de vacances sont toujours sujets à surprises dans ces cas là. Poissons morts (et tant qu’à faire boulottés par l’escargot) ou encore plantes qui ont doublées de volume. Quelle ne fut pas ma surprise au delà des désagréments habituels, de tomber dimanche dernier sur une grappe d’œufs jaunes/oranges collés sur le haut de l’aquarium. Le seul suspect étant mon ami l’ampulaire seule espèce de ce petit biotope à être capable de sortir de l’eau, je ne me suis pas trop posé de questions.IMG_2414 Là ou le mystère commence, c’est lorsque l’on sait que cette grosse boule jaune (nan pas pacman !) est dans mon aquarium depuis plusieurs mois et … est sexuée …

De plus en regardant le sol de l’aquarium je suis tombé sur un truc qui dépassait du sol, je le titille un peu pour me rendre compte que le tout petit machin qui accompagnait les crevettes il y a quelques mois, avait survécu et grandi. Ce Melanoides tuberculata, n’hésitons pas à le nommer, être très discret vu qu’il a des mœurs nocturnes et s’enterre le jour était jusque là passé inaperçu avant d’atteindre son Centimètre et demi !

Comme on peut l’imaginer, je ne suis pas prêt de perdre ces micromondes de vue.

Le mystère de la baleine

Les scientifiques arrivent a lentrée de la grotte par un chemin détourné
Les scientifiques arrivent a l'entrée de la grotte par un chemin détourné
Excellent reportage que celui qui m’a été proposé par Planète Thalassa hier soir : « Le mystère de la baleine » ou l’histoire d’une grotte sur l’ile chilienne de Madre de Dios.
Dans cette grotte ont été trouvés, il y a huit ans, des ossements de baleines. Jusque là point de problème. Là ou ça se corse, c’est quand on apprend que cette grotte se trouve a 10m au dessus du niveau de la mer. Entre spéléologie, archéologie et ethnologie (une ancienne civilisation ayant vécu ici) ce reportage nous entraine dans des paysages sauvages fascinants. Il me semble que ce reportage est diffusé une seconde fois le vendredi 19 juin 2009 sur France 3 dans l’émission Thalassa.
Vous pouvez aussi vous renseigner sur le site web de l’expédition ou encore sur le site consacré au reportage.
Bref un programme à ne rater sous aucun prétexte pour toute personne aimant la science et le dépaysement.

Slash dev

Ayant malencontreusement perdu une partition / sur un de mes serveurs. Et ayant la chance d’avoir une sauvegarde, j’ai pu faire un restore du contenu de celui ci…sauf de /dev évidement. Mais comment retrouver le contenu de ce répertoire si utile ?
Pour ce faire j’ai utilisé le mix de deux solutions:
Mon serveur était encore en redhat9 (oui je sais … ) j’ai donc du récupérer un /dev/ d’un serveur identique. Le problème c’est que les /dev ‘post’ udev, ça court pas les rues. Il a donc fallu prendre le premier /dev venu d’un livecd et le copier sur la partition montée.

# montage de la partoche
mount /dev/cciss#c#p# /mnt
# copie de dev
cp -dpR /dev/* /mnt/dev/

Ca permet au moins de booter sur le dit serveur.

Bon c’est pas tout ça mais les devices dans /dev ne sont pas forcement tous bons. J’ai donc fait un find /dev sur un autre serveur en redhat 9 (tout serveur identique post udev aurait fonctionné je pense) et il a fallu ensuite lancer un MAKEDEV sur chacun de ces devices. C’est très long car avant udev tous les devices étaient créés, mais ça fonctionne….

/dev/MAKEDEV device

Quand tout va mal, c’est que Murphy n’est pas loin

Depuis le début du blocage de Rennes 2, comme s’il était du côté des bloqueurs, le site web, supporté par une application que je ne nommerais pas, fait des siennes. Le site ne tiens plus la route et tout ce qu’on a pu faire dessus n’a pas aidé. forcément le contrat de maintenance est arrêté depuis décembre vu que le remplaçant de celui-ci devait arriver en septembre 2008 (prévision au mieux rentrée 2009)
Aujourd’hui, on a eu droit a une coupure électrique qui n’a pas été non plus sans déboires. 3 serveurs n’ont pas supportés l’opération, le premier a une alimentation qui a préféré rendre son dernier souffle, le second avait oublié ou il avait rangé les messageries des personnels. Quand au dernier il a préféré tout simplement abdiquer en se disant que de toute façon les étudiants ne devaient pas avoir besoin de messagerie. Tout ça aidé par un électricien qui n’a jamais du faire de puzzle de sa vie et qui remet les étiquettes de disjoncteur dans le désordre (pratique pour rallumer les serveurs uns par uns)
Évidemment ce genre de déboire arrive forcément à un moment ou vous êtes déjà dans la m… jusqu’au cou, que vous êtes au bord de la rupture et que votre collègue de boulot est parti faire un tour voir si la neige était bonne du côté des alpes (comme il a raison).

Xen et ntp

J’ai souvent constaté un décalage entre l’heure d’un hôte Xen et celle de ses serveurs virtuels. Ca peut aller d’une heure si les timezone des deux serveurs ne correspondent pas à quelques minutes parfois. La seule solution fiable que j’ai pu trouver est de désolidariser l’heure du serveur virtuel avec celle du serveur hôte
Pour cela il faut exécuter la commande suivante sur le serveur virtuel :
echo 1 >/proc/sys/xen/independent_wallclock
Pur revenir à la normale un :
echo 0 >/proc/sys/xen/independent_wallclock
suffira.